Funérailles de M. Christian COURTOIS, PSS

Célébration des funérailles du P. Courtois le mercredi 22 mai 2019

Ce 1er mai 2019, M. Christian Courtois, PSS, est brusquement décédé d’un arrêt cardiaque à Paris survenu « sur la voie publique » (sur le trottoir devant sa résidence avenue de Breteuil). De longues procédures liées à la médecine légale ont retardé la célébration des funérailles du P. Courtois.

 Ses obsèques seront célébrées le mercredi 22 mai 2019 à 10h30 en l’Église Saint-Sulpice de Paris (6e). Elles seront suivies de l’inhumation dans le caveau familial à Senlis (60). Voici quelques éléments du parcours du P. Christian Courtois et de son ministère sulpicien.

Le Père C. Courtois est né le 10 avril 1932 à Paris (16e). 

- Etudes secondaires au Collège de La Rochefoucauld à Paris (7e)
- 1951-1953 : Séminaire Saint-Sulpice à Issy-les-Moulineaux
- 1953-1955 : Service militaire au Liban (coopération)
- 1954-1955 : Etudes à Beyrouth (Deug de Lettres)
- 1955-1957 : Séminaire Saint-Sulpice à Issy-les-Moulineaux
- 1957-1958 : Séminaire rue du Regard à Paris

christian courtois portrait 2

Ordonné prêtre le 28 juin 1958 pour le diocèse de Reims, le P. Courtois a été pris en charge par la Compagnie en 1958 (Solitude : 1958-1959).

 

- 1958-1959 : Paroisse Sainte-Lucie d’Issy-les-Moulineaux (Vicaire)
- 1959-1960 : Etudes à Rome
- 1960-1961 : Séminaire de Versailles (Histoire)
- 1961-1965 : Paroisse Saint-Etienne d’Issy-les-Moulineaux (Vicaire)
- 1965-1972 : Séminaire de Reims (Histoire de l’Eglise, Econome)
- 1972-1984 : Centre de la Formation sacerdotale d’Angers (Histoire de l’Église)
- 1977-1981 : Membre de la formation permanente
- 1984-2005 : Séminaire de l’Institut Catholique de Paris (Directeur)
- 1980-1985 : Séminaire Saint-Sulpice d’Issy-les-Moulineaux (Histoire)
- 1982-1987 : Économe Provincial adjoint 
- 1988-2008 : Économe Provincial (Maison Générale et Provinciale à Paris)
- 2005-2015 : Retiré à la Maison Générale et Provinciale à Paris
- 2008-2018 : Econome Général adjoint
- 2015-2019 : Retiré à « Ma Maison » (Petites Sœurs des Pauvres), avenue de Breteuil à Paris

 

 C Courtois et autres 1De gauche à droite : les PP. Christian Courtois, Jean-Pierre Dugué, Jean Mourier, Bernard Pitaud, Gilles Chaillot

 

 


Célébration des funérailles

Le mercredi 22 mai 2019, une belle assemblée accompagnait le P. Courtois lors de la célébration de ses funérailles en l’église Saint-Sulpice de Paris. De très nombreux prêtres entouraient sa famille : un de ses frères et un de ses neveux, confrères sulpiciens, anciens collaborateurs et séminaristes du séminaire des Carmes ou d’ailleurs, autorités de l’Institut Catholique de Paris et du diocèse de Reims.


A l’issue de la célébration présidée par son ami de toujours, Mgr Jacques Gaillot, l’inhumation s’est faite dans le caveau de famille au cimetière vieux de Senlis (60).

 funerailles courtois 2

 

Mot de présentation du P. B. Pitaud

Le Père Christian Courtois est né à Paris le 10 avril 1932 dans une famille de 9 enfants. Son père était ingénieur chimiste et pharmacien. Est-ce de lui qu’il tenait cette précision, cette justesse, cette aptitude au dosage exact qui le caractérisait dans ses paroles et dans ses écrits ? Jamais rien de trop, mais tout y était.


Il a fait ses études secondaires à Paris au collège de La Rochefoucauld, puis il est entré au séminaire Saint-Sulpice à Issy les Moulineaux où, peu à peu, la vocation sulpicienne lui est venue et s’est développée en lui.


Il a fait son service militaire comme coopérant au Liban. L’expérience l’a marqué certainement, car il l’évoquait de temps en temps. Il aimait ce pays. Et il avait gardé de sa présence durant deux ans à Beyrouth un intérêt averti pour les questions du Moyen-Orient. Il en avait aussi profité pour obtenir, en même temps qu’il faisait son travail de coopérant, un Deug de Lettres. Témoignage de son sens de l’organisation et du fait qu’il ne perdait jamais son temps.


En 1958, il était ordonné prêtre pour le diocèse de Reims et entrait aussitôt dans la Compagnie de Saint-Sulpice. Se succèdent alors plusieurs années où il exerce des ministères divers : vicaire à la paroisse Ste Lucie d’Issy les Moulineaux, puis une année d’études à Rome, puis directeur au séminaire de Versailles, de nouveau vicaire à Issy les Moulineaux, à la paroisse St Etienne. C’est de là qu’il est nommé directeur au séminaire de Reims où il enseigne l’histoire de l’Eglise, sa spécialité, et où il commence à goûter aux joies de l’économat. Il y reste 7 ans de 1965 à 1972. Il part alors à Angers au séminaire 1er cycle des Pays de la Loire où il enseigne toujours l’histoire et participe également à la formation permanente des prêtres. Il y reste 14 ans, de 1972 à 1984. Lorsque le 1er cycle des Pays de Loire rejoint à Nantes le second cycle, il est nommé directeur au séminaire de l’Institut catholique à Paris où il restera 21 ans, de 1984 à 2005. Il y verra passer de nombreuses générations de séminaristes. La présence aujourd’hui d’anciens confrères du séminaire et de prêtres qu’il a contribué à former, les mots de sympathie que nous avons reçus de beaucoup qui ne peuvent être là aujourd’hui, témoignent de leur gratitude pour sa présence et son écoute attentives, et ses conseils discrets mais avisés dans le respect de la liberté de tous.


En même temps, Christian Courtois enseignait l’histoire au séminaire d’Issy les Moulineaux et peu à peu mettait le pied à l’étrier de l’économat provincial. D’abord économe adjoint, il devient économe en titre en 1988, tâche qu’il assure pendant 20 ans, jusqu’en 2008 ; et à 75 ans, il devient économe général adjoint, fonction qu’il a exercée jusqu’à il y a peu de temps. Comme économe provincial, il a rendu de grands services à la Province de France par sa persévérance, sa ténacité, sa précision, et par l’aptitude à consulter les archives et à en tirer parti que lui avaient donné ses études d’histoire.


Il gardait un ministère de direction spirituelle. Il était encore conseiller spirituel d’une équipe Notre-Dame. Il aidait aussi telle ou telle congrégation religieuse, tel ou tel Institut, et peut-être d’autres groupes que nous ne connaissons pas. Il nous a quittés brutalement. Il devait depuis de longues années composer avec une fragilité cardiaque qui lui avait valu plusieurs opérations à haut risque. Il en savait les conséquences possibles. Il n’en parlait pas, il ne faisait pas porter aux autres ses problèmes, fidèle en cela à la discrétion qu’il avait sur tout ce qui le concernait. Cette discrétion, parmi bien d’autres qualités, devrait d’autant plus nous inviter, non seulement à ne pas l’oublier mais aussi à l’imiter.

 

 

Mot du P. J.-M. Micas, Provincial de France de Saint-Sulpice

Après la présentation du P. Courtois qui vient de nous être faite par le P. Bernard Pitaud, je voudrais, au nom de la Compagnie des Prêtres de Saint-Sulpice, adresser quelques mots de remerciements à ceux et celles très nombreux qui depuis l’annonce de son décès le 1er mai dernier, manifestent leur émotion et leur proximité.


Tout d’abord, j’adresse un bien sincère remerciement à vous tous qui êtes là ce matin, avec nous, avec ses familles : sa famille de sang qui comptait beaucoup pour lui, sa famille sulpicienne, sa famille ecclésiale et chrétienne.


Tout particulièrement, je remercie Mgr Jacques Gaillot, l’ami de toujours du P. Courtois, de présider cette célébration. Je remercie également les P. Thierry Bettler et Jean Larghi, vicaire général et chancelier du diocèse de Reims, représentant Mgr de Moulins de Beaufort, leur archevêque, Mgr Bruno Feillet, évêque auxiliaire, et l’ensemble des prêtres du diocèse auquel appartenait notre confrère.


Je remercie les représentants de l’Institut Catholique de Paris et de son séminaire universitaire : le P. Jean-Louis Souletie, doyen de la faculté de théologie, et le P. Vincent Holzer, directeur du Séminaire des Carmes.


Je rajoute que Mgr Philippe Bordeyne, Recteur de l’Institut a été dans l’impossibilité totale de se libérer ce matin mais est bien présent dans l’amitié, et la prière pour celui qui fut son directeur spirituel.


Je remercie tout particulièrement la Maison des Petites Sœurs des Pauvres de l’avenue de Breteuil, la Communauté des sœurs et en particulier notre confrère le P. Jean-Pierre Dugué, leur aumônier, témoin des derniers instants de vie du P. Courtois.


Des prêtres ou évêques ont écrit pour exprimer leur reconnaissance. Ils ont bénéficié directement de son ministère, ou ont collaboré avec lui : de nombreux confrères sulpiciens des trois Provinces, Mgr Georges Soubrier, évêque émérite de Nantes et ancien supérieur du Séminaire Universitaire des Carmes, Le P. Jean-Louis Blaise, également ancien supérieur des Carmes, Mgr François Bousquet, recteur de Saint-Louis des Français à Rome, le P. Jean Philippe, du diocèse de Nice, ainsi que de nombreux autres, prêtres, religieuses, laïcs, membres des Équipes Notre Dame ou plus anonymes…


Au nom de La Province de France, et au nom du P. Ronald Witherup, notre Supérieur général, je veux enfin rendre grâces à Dieu pour le ministère sulpicien du P. Courtois, dans la formation et l’accompagnement des prêtres, ainsi que pour les services qu’il a rendus à la Compagnie.


Nous prions pour lui dans la confiance, demandant à Dieu de lui accorder la paix et la joie éternelles. Amen.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour réaliser des statistiques de visites.