Année Olier (Lucile Villey)

13- Construire le Séminaire (suite)

Or dès 1642, les candidats frappaient à la porte du Séminaire. De quoi se ré- jouir, mais où les loger ?

Les difficultés furent d’abord matérielles – d’autant qu’on acceptait aussi des séminaristes sans ressources. On trouva une maison voisine du presbytère, dite A la Belle Image, car elle portait une image de la Vierge. L’actuel 9 rue Guisarde. Un minimum d’aménagements ? Marie Rousseau, l’ancienne cabaretière qui avait contribué à la venue d’Olier, aida de ses deniers. Mais ce n’était qu’un campement – repas et temps de prière pris avec les prêtres de la paroisse ; exigu, insalubre : plusieurs tombèrent malades. Vivre pauvrement, oui. Mais les uns sur les autres ? Il fallait du silence, des lieux d’étude. En envoyer certains à Vaugirard ?

Et les entrées affluent : 12 à 25 par an ; certains resteront quelques mois, d’autres un an, ou plusieurs années ; certains deviendront à leur tour formateurs.

Quand Olier veut bâtir des corps de logis dans le jardin du presbytère, les marguillers s’y opposent : le Séminaire n’est pas l’affaire de la paroisse. Olier n’est-il pas comme l’homme insensé qui bâtit sa maison sur le sable sans en avoir d’abord assuré les fondations, les exigences concrètes ? Le projet est voué à l’échec. Même ses proches doutent. Et Henri de Bourbon, l’Abbé de Saint-Germain dont Olier dépend, est défavorable. Pourtant, le 2 mai 1645, Olier monte à Montmartre avec deux compagnons. Là, ils promettent devant Dieu de poursuivre l’œuvre du Séminaire : ensemble, former pour Dieu des prêtres qui puissent le servir en esprit et en vérité. (À suivre)

Lucile Villey

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour réaliser des statistiques de visites.