Actualités


Du 15 au 19 juillet, le Conseil Provincial de France s'est réuni à Baltimore, aux Etats-Unis. Une fois par an, le Conseil se réunit hors de France, habituellement dans un des lieux de la Province (Bénin en 2014, Vietnam en 2015, Togo en 2018 et RDC en 2019), ou un lieu important pour la Compagnie (Rome en 2016 et Baltimore en 2017).

 

Du 20 au 25 juillet 2017, Baltimore, siège de la Province américaine de la Compagnie (arrivée des 1ers français en 1791), a accueilli l'organisation d'une rencontre internationale de l'ensemble des conseils de la Compagnie (Provinces de France, du Canada, des Etats-Unis et Conseil général).


Les solitaires ont profité d’un dernier weekend à Montréal, et comme d’habitude sont rentrés à la maison d’Oka, avec l’autobus à 16h précises. Il y un mélange de joie et de nostalgie dans l’air. Joie du départ pour la mission de chacun, pour les vacances, les rencontres avec la famille, et en même temps nostalgie de quitter la maison, le personnel d’Oka, spécialement avec Donat et Diane et les « mamans adoptifs » d’Oka, qui nous ont gâtés jusqu’au dernier jour. Au cours de cette dernière semaine, pas de conférenciers ; les solitaires ont été eux-mêmes les responsables des entretiens. Chacun a présenté son travail ; les sujets divers abordées et les partages ont été vraiment riches.


Le 11 octobre 2017, le P. Raoul Marello, sulpicien du diocèse de Limoges, est décédé à Oradour-sur-Vayres (87).
Au mois de juin dernier, il avait célébré ses 70 ans d'ordination presbytérale, entouré de sa famille, de ses amis, de quelques confrères sulpiciens (dont le Supérieur provincial de France), de paroissiens et de prêtres de Limoges (dont le vicaire général du diocèse).

Peter W. Gray, PSS

25 juin 2017

19 - Première messe

À Saint-Sulpice, nous pensons d’abord à l’arrivée d’Olier comme curé : une messe d’août 1642, celle de “ses noces” avec la paroisse. Mais l’événement en impliquait un autre, 9 ans plus tôt : l’ordination ; et la première messe, en la fête de saint Jean-Baptiste, le 24 juin 1633.

La semaine a été inaugurée par un nouvel excès météorologique, cette fois-ci sous la forme d’une canicule de deux jours. L’intervenant de cette semaine était M. Luc Quenum, sulpicien venu du Bénin pour entretenir les Solitaires au sujet de la dimension missionnaire de la Compagnie. L’aperçu de l’histoire sulpicienne récente en Afrique a été particulièrement éclairant, surtout pour ceux qui ne connaissaient pas ce continent.

A l’Abbaye Saint-Benoît-du-Lac, le temps de retraite n’a duré qu’un clin d’œil, tellement le séjour paraissait agréable pour les solitaires. Le vendredi 02 juin, la retraite s’est terminée, et nous avons quitté le monastère bénédictin à 13 h 15, non pas à destination d’Oka, mais de Montréal où nous avons passé le week-end.

18- L’ordre de la sacristie

Olier, curé, cherchait le renouveau des cœurs, à l’image du Christ. Mais cette vie intérieure se reçoit dans les sacrements, dans la prière, d’abord à l’église. Or dans cette église le désordre était grand, et bien des fidèles fuyaient vers les Chapelles des Religieux alentour, plus propices. Rappelez-vous les mœurs des prêtres se refusant aux réformes d’Olier (n° 7). Et donc “en premier”, accompagnant le souci des pauvres, il faut chercher la beauté du culte, si négligé.

Chronique du 15 au 20 mai

M. Ronald Witherup, Supérieur Général, était visiblement heureux de rejoindre la Solitude à Oka plutôt qu’au GSM. Pendant la semaine, il a introduit le Solitaires aux Constitutions de la Compagnie, leurs fondements, leurs évolutions et leurs contenu et structure actuels.

Revenus de Baltimore, les solitaires trouvent, dans la maison, Mr Jacques D’Arcy, le Provincial du Canada, venu les entretenir sur la « théologie du ministère ordonné ». Ainsi, reprend la série des conférences quotidiennes ; seulement cette fois, pour permettre aux solitaires de récupérer les forces après une longue envolée de Baltimore à Montréal, la conférence du 1er mai ne débutera pas à 9h00 mais à 9 h 30.

Vous avez peut-être entendu dans les médias que le Canada, en particulier le Québec, connaît actuellement des inondations historiques. Et bien nos "solitaires" à Oka sont concernés. En effet, ils habitent le presbytère de la paroisse de la communauté d'Oka. La Photo donne une vision précise (quoique lointaine) de la situation.

12- Construire le Séminaire

Avec la paroisse, le Séminaire – bientôt sur la place devant l’église. Quelle aventure ce fut, quels obstacles ! Mais c’était l’œuvre de Dieu. Il y fallait des séminaristes, des formateurs, une maison, une paroisse à côté ; et pour la stabilité une institution reconnue. Août 1642. Olier venait d’arriver de Vaugirard avec quelques compagnons et élèves.